La Coordination Nationale des Lycées Techniques et Technicum
  Sacrifier la qualité de l’éducation n’est pas une solution
 
CONNECT
 
« Sacrifier la qualité de l’éducation n’est pas une solution »
L’Internationale de l’Education accueille avec enthousiasme le dernier Rapport mondial de suivi sur l’Education pour tous.

Le Rapport mondial de suivi sur l’Education pour tous 2009 offre un modèle très utile à suivre pour réaliser une plus grande égalité des chances et augmenter la qualité de l’éducation pour les étudiants de tout âge, partout dans le monde.
« L’Internationale de l’Education félicite l’équipe du rapport pour son analyse globale des multiples facteurs qui contribuent à l’accroissement des inégalités dans le secteur de l’éducation », a déclaré Fred van Leeuwen, secrétaire général de l’IE. Il a ajouté que « les enseignants et leurs syndicats sont profondément inquiets face aux disparités qui ne cesseront d’augmenter si les gouvernements ne s’alignent pas sur le programme de l’Education pour tous et ne concentrent pas leurs efforts pour mettre en place des mesures destinées à mieux garantir l’égalité ».
La présentation du Rapport mondial de suivi, intitulé « Vaincre l’inégalité : l’importance de la gouvernance » est prévue aujourd’hui à Genève. Il s’agit du septième rapport analysant l’évolution mondiale des progrès accomplis vers la réalisation des six Objectifs du Millénaire pour le développement, approuvés par la communauté internationale en 2000.
Le rapport lance un avertissement et souligne que, malgré les progrès considérables qui ont été réalisés, cette évolution reste entachée par l’absence de prise de mesures visant à éradiquer les inégalités persistantes fondées sur le genre, la race, l’appartenance ethnique, la langue, le lieu de résidence, le handicap, ou d’autres facteurs déterminants. Il mentionne que, « à moins que les gouvernements n’agissent pour réduire les disparités par des réformes effectives des politiques, la promesse de l’EPT ne sera pas tenue ».
L’éducation est un droit humain fondamental, pourtant il existe toujours un fossé énorme entre les possibilités d’apprentissage dans les pays riches et celles offertes dans les pays pauvres. A ce titre, le rapport établit une comparaison entre le taux d’inscription enregistré dans les pays de l’OCDE et celui recensé en Afrique subsaharienne : « A l’âge de 7 ans, presque tous les enfants des pays de l’OCDE sont à l’école primaire, contre 40 % des enfants d’Afrique subsaharienne. A l’âge de 20 ans, 30 % font des études postsecondaires dans les pays de l’OCDE, contre 2 % en Afrique subsaharienne ».
Le rapport propose un ensemble de recommandations concrètes pour la mise en place de réformes politiques visant à vaincre les inégalités. Il cherche notamment à convaincre les gouvernements de :
  • S’engager en faveur de la réduction des disparités
  • Affermir la gouvernance politique
  • Renforcer les politiques de réduction de la pauvreté
  • Relever les normes de qualité dans le secteur de l’éducation
  • Accroître les dépenses nationales pour l’éducation
  • Mettre l’équité au centre des stratégies de financement
  • Renforcer le recrutement, la répartition géographique et la motivation des enseignants
Le rapport souligne un phénomène inquiétant : la plupart des donateurs ne tiennent pas leurs propres engagements en faveur de l’accroissement de l’aide publique au développement. En réalité « l’aide à l’éducation stagne ».
Fred van Leeuwen a déclaré que « l’IE et les enseignants du monde entier s’accordent à penser qu’en l’absence d’un nouvel engagement en faveur d’une augmentation du financement et de l’initiative Fast track, bon nombre d’évolutions positives risquent d’être menacées. Il est indispensable d’investir à tous les niveaux, et de manière plus stratégique, en augmentant l’aide destinée aux pays les plus nécessiteux ».
L’IE approuve également l’insistance du rapport sur la responsabilité fondamentale des gouvernements qui consiste à veiller à la mise en place et au maintien de systèmes d’enseignement publics gratuits qui puissent répondre aux besoins de chacun : « lorsqu’il s’agit de l’éducation de base, surtout dans les pays les plus pauvres, les fonds et services privés ne sauraient se substituer à des systèmes publics offrant à chacun la possibilité de recevoir une éducation de qualité ».
Fred van Leeuwen a précisé que l’IE se réjouit du fait que le rapport reconnaisse que la décentralisation et la privatisation ne sont pas des solutions. La décentralisation, « facteur potentiel d’inégalité » doit se construire sur la base de l’équité et « lier les ressources aux niveaux de pauvreté et de carence éducative ».
Le rapport déclare également que les gouvernements doivent « reconnaître que la concurrence et le choix entre écoles ainsi que les partenariats privé-public ont leurs limites. Si le système d’enseignement public fonctionne mal, la priorité doit être de le remettre en état ».
La menace que représente l’importante pénurie d’enseignants est également abordée, et laisse entendre que les bas salaires et les conditions de vie difficiles auxquels sont confrontés les enseignants ont des répercussions sur le recrutement et la répartition géographique. La tendance négative qui consiste à recourir au recrutement de plus en plus fréquent d’enseignants dits « contractuels » ou non qualifiés risque potentiellement d’avoir des conséquences néfastes. Le rapport confirme que « du point de vue de l’EPT, l’accroissement du nombre d’enseignants s’accompagnant d’une baisse des normes de qualité est une fausse économie ».
« A l’IE, nous ne pouvions être mieux en accord avec une telle déclaration », a souligné Fred van Leeuwen. « D’ici 2015, des millions d’enseignants supplémentaires seront nécessaires. Toutefois, l’urgence de trouver des solutions à cette pénurie ne doit pas nous amener à sacrifier la qualité. L’IE s’est engagée à œuvrer dans le but de garantir que notre profession puisse apporter une éducation de qualité optimale aux élèves partout dans le monde. Et ce projet ne sera réalisable qu’en présence d’enseignants bien formés, hautement qualifiés et soutenus de manière appropriée.
 
 
  _____  
 
CONNECT est le bulletin électronique de l'Internationale de l'Education.
L'Internationale de l'Education est la fédération mondiale de l'enseignement. Nous représentons plus de 30 millions d'enseignant(e)s et autres travailleuses et travailleurs éducatifs, par le biais de 401 organisations membres réparties dans 172 pays et territoires.
Internationale de l'Education· 5 bd du Roi Albert II · B-1210 Bruxelles · Belgique· Tél: +32-2-224-0611 · Fax: +32-2-224-0606 · Courriel: headoffice@ei-ie.org Site web: www.ei-ie.org
Education International
:
 
---
 
  merci pour votre visite vous etes déjà 97643 visiteurs (201286 hits) Ici!  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=